Les personnages de Bénédicte ont de gros nez. Ce qui, en ces temps de paranoïa et de politiquement correct, est déjà un signe de courage ou d’inconscience. C’est selon. Mais soyons justes, tous sont à la même enseigne: des ours blancs bipolaires à Obama qui ne casse plus la Barack, ils se prennent tous pour Cyrano de Bergerac. Les créatures nasales de Bénédicte vitupèrent avec la même tendresse les petites et les grandes lâchetés de l’espèce humaine. Qu’il s’agisse du cynisme froid mais olympien de Poutine, des grandes oreilles étasuniennes, du Valais qui se découvre une passion pour l’archéologie turco-saviésanne, du Petit-Lausanne face au Grand-Genève (ou était-ce le contraire?) ou des grandeurs de la politique suisse et de ses Gripen grippés. Vous qui entrez dans le monde de Bénédicte, laissez ici toutes vos espérances et troquez-les pour un rire libératoire (même si, parfois, crispé). Car tel est notre destin. Fût-il graphique.

                            les corédacteurs en chef :
Christiane Pasteur, Dominique Hartmann, Philippe Bach

immigration


dessin paru dans Le Courrier


merkel


deforestation


revolution


capitalisme


fisc


armes


108.pape-tweet.jpg


hopitaux


LexWeber.jpg

olympique.jpg


elections.jpg

ubs.jpg


discours


greve


prixUnique.jpg


neonaze


kadhafi

pillages


Initiative.VG.jpg